Cfdt_O_S_H_RVB

SOFRADIR

 

Solidarité, émancipation, démocratie,
indépendance, autonomie. 
 

Cinq valeurs qui placent l’homme ou la femme au centre de l’action de la CFDT, en faisant de lui un acteur de ses choix de vie, pour construire un monde plus équitable et durable

 

Un Syndicalisme confédéré :

Être confédéré, c’est inscrire sa spécificité professionnelle dans des solidarités sociales plus larges. C’est pourquoi la confédération réunit 1321 syndicats qui ont choisi de participer par souci d’efficacité et de solidarité à un ensemble plus vaste, à couverture nationale et interprofessionnelle.

Un Syndicalisme d’adhérents :

Être confédéré, c’est inscrire sa spécificité professionnelle dans des solidarités sociales plus larges. C’est pourquoi la confédération réunit 1321 syndicats qui ont choisi de participer par souci d’efficacité et de solidarité à un ensemble plus vaste, à couverture nationale et interprofessionnelle.

Un Syndicalisme démocratique :

Avec 851 601 adhérents au 31 décembre 2010, la CFDT est la première organisation syndicale française. Elle est solidement implantée dans tous les secteurs d’activité, y compris dans les petites et moyennes entreprises. Elle s’est donc fixée comme objectifs de développer un syndicalisme d’adhérents nombreux et bien organisés, condition essentielle pour défendre les intérêts individuels et collectifs des salariés. Développer un syndicalisme d’adhérents c’est gagner en représentativité et donc en légitimité démocratique auprès de tous les salariés. C’est aussi se donner les moyens de son autonomie car ce sont les adhérents qui, par leurs cotisations, assurent à la CFDT son indépendance financière.

Un Syndicalisme pour la solidarité :

Le choix d’un syndicalisme d’adhérents implique une démocratie interne vigoureuse et bien organisée. On ne peut prétendre en effet représenter l’ensemble des salariés dans leur diversité sans accepter le débat, la confrontation des points de vue et des intérêts et la nécessité d’arbitrer entre les priorités revendicative. La CFDT a toujours attaché une importance primordiale à la démocratie : démocratie qui s’exprime dans le fonctionnement interne de la confédération en assurant une large participation de ses adhérents aux décisions ; attachement également à la démocratie dans l’entreprise qui doit donner aux salariés la possibilité de s’exprimer et de participer à l’amélioration de leurs droits.

Un Syndicalisme pour la Solidarité :

Être solidaire c’est faire le choix de l’entraide pour défendre les droits de tous, au-delà des corporatismes. Solidarité au sein de l’entreprise bien sûr, mais également entre les salariés et les chômeurs, entre les générations, et plus largement entre les peuples, pour lutter contre toutes les formes d’exclusion, d’inégalités et de discriminations.

Un Syndicalisme d’émancipation :

Inscrite dans nos statuts, l’émancipation, tant individuelle que collective, est pour nous un droit inaliénable, celui de diriger sa vie. Le respect de la dignité et de la liberté s’impose dans l’entreprise et au sein de la société afin que chacun puisse satisfaire ses besoins matériels et intellectuels, dans sa vie professionnelle et personnelle.

Un Syndicalisme indépendant :

La CFDT estime nécessaire de distinguer ses responsabilités de celles de l’état, des partis politiques et des confessions religieuses. Elle effectue un diagnostic critique et autonome de notre société et détermine elle-même son champ d’action pour impulser ou infléchir les décisions gouvernementales.  Quant à l’autonomie vis-à-vis du religieux, l’évolution s’est effectuée progressivement et a abouti, lors du Congrès de 1964, à la déconfessionnalisation, concrétisée par la transformation de CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens) en CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail).